+7 (212) 674-25-10

INVESTISSEMENT LOCATIF

Qu’est ce qu’un immeuble de rapport : défintion

Avr , 5
Qu’est ce qu’un immeuble de rapport : défintion

“Immeuble rapport”, depuis que vous vous intéressez à l’immobilier, vous entendez souvent ce terme ? Dans l’immobilier, il existe plusieurs niches que vous pouvez exploiter pour devenir rentable. L’immeuble de rapport en fait partie. Il s’agit même de la niche la plus prisée des investisseurs aguerris. Aujourd’hui, elle est également accessible aux investisseurs débutants. Quelle est la définition d’immeuble de rapport ?

Immeuble de rapport, un terme né il y a 300 ans

L’immeuble de rapport est un terme qui date du XVIIIe siècle. À l’époque, on les appelait également immeuble à loyer. L’immeuble de rapport a été créé pour répondre aux besoins de logement de la population toujours plus grandissante. Le but est d’accueillir la population en quête de logement, dans les grandes villes. À l’époque, superposer les logements (au sein d’une même surface) est devenu nécessaire. L’afflux de la population transforme petit à petit le paysage des grandes villes : les maisons anciennes se surélèvent dans les limites réglementaires et les habitations sont redistribuées par niveau.

En échange d’un logement, ces personnes devaient s’acquitter d’un loyer mensuel. Par définition, le terme immeuble de rapport vient du mot rapporter puisque ce bien rapporte de l’argent à son propriétaire. Ainsi, le propriétaire d’un immeuble de rapport reçoit un revenu foncier tous les mois. C’est l’origine des rentiers, ces investisseurs comprennent déjà la force de l’immobilier.

Aujourd’hui, on a gardé le terme immeuble de rapport pour désigner un bâtiment entier possédant plusieurs lots ou appartements, l’objectif étant de pouvoir accueillir plusieurs locataires à la fois. Vous pouvez avoir un immeuble de rapport à partir de deux lots. Ce terme s’oppose à la copropriété où un immeuble possède plusieurs propriétaires. C’est d’ailleurs une des grandes forces de ce type de bien immobilier. C’est pour cette raison que la plupart des investisseurs immobiliers, aguerris ou novices, cherchent à investir dans un immeuble de rapport.

Paris comme siège principale des premiers immeubles de rapport

Les premiers immeubles de rapport sont apparus dans la capitale, du fait de la forte affluence de la population. D’ailleurs, des immeubles parisiens datant de cette époque sont encore conservés aujourd’hui, notamment l’immeuble Choppin d’Arnouville (actuellement l’hôtel Le Régent) ou l’immeuble Doublet de Persan (rue Bonaparte).

En voyant le succès de l’opération, ces immeubles se sont exportés dans les autres grandes villes, notamment Lyon, Marseille, Toulouse. 

Ces bâtiments font entre cinq et sept étages. En général, la configuration est la suivante :

  • Le soubassement au rez-de-chaussée et à l’entresol (1ere étage) qui accueille un local commercial, un appartement ou une loge de gardien si l’immeuble est situé dans un quartier résidentiel,
  • Les étages nobles composés de deux ou trois voire quatre étages, le deuxième étage possède généralement une hauteur sous-plafond plus élevée,
  • Les combles réservés généralement aux domestiques.

Toutes les classes sociales cohabitaient au sein d’un même immeuble. Ce sont les niveaux qui distinguaient la classe sociale d’appartenance. A l’époque où les ascenseurs n’existaient pas, les derniers étages étaient réservés aux classes sociales défavorisées.

Au XIXe siècle, la répartition des étages s’est inversée, les étages supérieurs sont devenus les plus convoités du fait de la belle luminosité qu’ils offrent et de la nuisance sonore relativement basse. D’ailleurs, le dernier étage se faisait appeler penthouse.

Aujourd’hui, on voit des immeubles de rapport également dans les petites conglomérations.

L’investissement locatif avec un immeuble de rapport

L’immeuble de rapport est ainsi utilisé à des fins de location. Les loyers perçus vont fournir un revenu complémentaire constant et régulier à son propriétaire. Il est logique que plus un propriétaire possède de lots, plus il sera en mesure de générer un revenu substantiel. L’immeuble de rapport constitue ainsi l’investissement locatif par excellence.

Notez qu’il est désormais possible, même pour un investisseur néophyte, de devenir propriétaire d’un immeuble de rapport, grâce à la vulgarisation de la connaissance à ce sujet. Cependant, lorsqu’on parle d’investissement, se lancer tête baissée est une erreur. Le meilleur moyen de garantir un résultat est de se former et de se faire accompagner. Une formation en investissement immobilier vous permettra d’acquérir les bases nécessaires pour commencer votre projet d’investissement.

À titre indicatif, nous vous expliquons les différents types de location possibles avec un immeuble de rapport, mais vous pouvez avoir plus de détails dans notre article sur l’immeuble de rapport investissement locatif.

Location vide

La location nue correspond à la mise en location d’un logement non meublé. Pour les locataires, comme pour les investisseurs, ce type de location présente plusieurs avantages. Du côté des locataires, il permet de décorer le logement selon ses goûts et ses désirs. Du côté des investisseurs, ce type de bien se loue plus facilement. Légalement parlant, le bail a une durée minimum de 3 ans et le préavis varie de 1 à 3 mois. Par ailleurs, le locataire est tenu de payer un dépôt de garantie équivalent à un mois de loyer hors charges au maximum.

Mais malgré les vacances locatives réduites et le loyer régulier, la location nue génère un revenu moins élevé et est soumise à une fiscalité plus lourde. En effet, les loyers perçus sont catégorisés dans les revenus fonciers avec le régime y afférent.

Location meublée

La location meublée prévoit les meubles pour le locataire. Malgré un investissement de départ plus conséquent, ce type de location présente une meilleure rentabilité. En effet, les loyers perçus sont en général 25 % plus élevés que sur une location classique. En matière de fiscalité, la location meublée prévoit également plus d’avantage, que ce soit pour un régime BIC en SCI ou pour un régime réel.

Bien évidemment, tout comme la location vide, la location meublée n’est pas dénuée d’inconvénients. Elle présente notamment un risque de vacances locatives élevé ainsi qu’un coût d’entretien plus contraignant.

Location saisonnière

La location saisonnière fait partie de la location meublée. Il s’agit ici de cibler des biens immobiliers dans des endroits stratégiques pour les faire louer pendant une période précise. Afin de vous démarquer de la concurrence, vous pouvez miser sur une plus-value dans la prestation que vous allez offrir aux voyageurs.

Postez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.