Négociation immobilière : 10 secrets pour réussir votre négociation

Négociation immobilière : 10 secrets pour réussir votre négociation

Vous souhaitez négocier un bien immobilier mais vous ne savez pas comment vous y prendre ? Lorsque l’on parle de la vente d’un bien immobilier, le terme de négociation immobilière est bien souvent inévitable. Si vous vous mettez dans la peau d’un acheteur, il est certain que vous comprendrez pourquoi cette étape est indispensable. Tout le monde veut pouvoir faire quelques économies lors d’un achat, et cela est d’autant plus vrai lorsque l’on parle de débourser une somme particulièrement conséquente. Néanmoins, il n’est pas toujours facile de connaître toutes les subtilités qui se cachent derrière cette étape de la vente. Vous voulez en savoir un peu plus sur la négociation immobilière ? Vous voulez savoir comment négocier un bien immobilier ? Vous voulez être certain de ne pas faire de faux pas lors de cette étape cruciale ? Vous avez peur de laisser passer l’affaire de vos rêves simplement car le prix annoncé est au-dessus de votre budget ? Pour vous aider au mieux, nous avons rassemblé 10 secrets pour réussir votre négociation.

1 – Prenez conscience de l’importance de la négociation

Pour pouvoir vous lancer le plus sereinement possible dans une négociation immobilière, vous devez prendre conscience de l’importance de ce dispositif. Concrètement, ce que vous ne négociez pas vous coûtera de l’argent. La quasi-totalité des propriétaires de biens immobiliers savent que, s’ils veulent arriver à vendre à un acheteur intéressant, l’étape de la négociation sera indispensable. Les cas où l’acheteur n’essaye pas de négocier le prix sont particulièrement rares. Dans le secteur de l’immobilier, on considère que le prix est négociable dans quasiment tous les cas de figure. En faisant en sorte de faire baisser le prix de vente, vous mettez toutes les chances de votre côté de ne pas dépenser de l’argent inutilement. Les agents immobiliers ne sont pas dupes quant à ce phénomène et il n’est pas rare de voir des biens proposés à des prix un peu plus élevés pour anticiper le moment de cette négociation immobilière. Que vous vous apprêtiez à négocier un appartement ou bien à négocier une maison (voire même à négocier un immeuble), sachez que ce dispositif vous permettra d’obtenir le meilleur rapport qualité/prix en ce qui concerne l’achat d’un bien.

2 – Se faire à l’idée que le fait de « négocier » n’est pas quelque chose de négatif

Malheureusement, le mot « négocier » résonne encore pour certains comme quelque chose de négatif. Pour pouvoir aborder cette étape de votre achat de la façon la plus sereine possible, vous devez savoir que cela n’a rien de péjoratif, bien au contraire. Si vous vous penchez de plus près sur les différents aspects de votre quotidien, vous remarquerez que la négociation est partout. Tout le monde négocie tout le temps pour arriver à ses fins, que ce soit un adulte au sein de sa vie professionnelle (ou personnelle) ou bien encore un enfant de trois ans qui cherche à obtenir ce qu’il veut de la part de ses parents. La négociation fait partie intégrante de notre façon de fonctionner et vous devez garder à l’esprit que les autres acheteurs ne se priveront pas de le faire pour acheter un bien, alors pourquoi pas vous ?

3 – Montrez-vous comme un acheteur de confiance

Cela passe, tout d’abord, par le fait de se positionner comme un acheteur sérieux. En effet, les vendeurs ont tendance à voir passer beaucoup de monde lorsqu’ils souhaitent vendre leurs biens et certaines de ces personnes leur ont peut-être déjà fait miroiter de faux espoirs. Avant de proposer vos arguments, veillez à montrer à l’acheteur que vous êtes quelqu’un de sérieux et que cette négociation, si elle est positive, pourrait bien aboutir à une vente. Pour prouver que vous n’êtes pas un énième visiteur mais bel et bien le futur acheteur du bien, vous devez être vigilant à quelques points. Par exemple, soyez bien au fait du marché de l’immobilier dans le secteur que vous visitez et soyez sincère sur vos capacités d’emprunt.

4 – Trouvez des arguments intéressants

Il n’est pas toujours facile de savoir comment négocier un prix. Pour éviter de rentrer dans un rapport de force difficile à gérer, il est important de préparer différents arguments qui peuvent justifier le fait que vous souhaitiez négocier le prix du bien immobilier concerné. Bien souvent, dans les arguments qui sont mis en avant par les acheteurs, on retrouve l’ampleur des travaux qui doivent être effectués dans le logement. Pour pouvoir trouver les arguments qu’il vous faut, vous pouvez vous aider des informations que vous avez réussi à récolter. Par exemple, il sera plus qu’intéressant de savoir pourquoi ce bien a été mis en vente. Ces raisons peuvent être diverses mais, dans certains cas, vous pourrez les utiliser. C’est le cas notamment des déménagements à cause du bruit (proximité avec la route, une voie ferrée, etc.), des soucis avec le voisinage, un bien qui ne s’adapte pas forcément à tous les profils, etc. Si la raison de la vente est un défaut de l’habitation, vous pourrez le mettre en avant lors de la négociation immobilière et le vendeur sera plus en mesure de comprendre votre situation et donc d’aller dans votre sens. À noter que, pendant votre recherche d’informations, vous pourrez vous pencher sur d’autres détails comme par exemple le temps qui s’est écoulé depuis la mise en vente. Concrètement, plus le bien a du mal à se vendre, plus vous pourrez envisager une négociation longue et importante. Bien entendu, il est important de tenir compte du fait que la négociation immobilière est une étape qui demande de la patience et de la rigueur afin de connaître une issue favorable.

5 – Rédiger une lettre de négociation immobilière qui vaut le coup

Pour pouvoir faire part de votre proposition au vendeur du bien immobilier, vous allez devoir vous pencher sur ce que l’on appelle une « lettre de négociation immobilière ». Cette dernière est indispensable pour pouvoir faire part du prix que vous proposez. C’est d’ailleurs dans cette lettre que vous allez exposer les différents arguments qui vous poussent à demander un prix inférieur à celui qui vous a été annoncé. Pour savoir quel prix proposer, vous devez prendre en compte l’importance de vos arguments et vos capacités financières, tout en restant raisonnable. Parfois, les agences immobilières sont au fait des souhaits des propriétaires en matière de négociation et pourront vous aider à vous orienter vers la tranche de prix que les vendeurs considèrent comme étant acceptable.

6 – Bien connaître les marges de négociation

Pour ne pas proposer un prix qui se verra automatiquement refusé, vous pouvez vous pencher d’un peu plus près sur les marges de négociation immobilière. Bien évidemment, la moyenne est assez « large » puisque le prix acceptable dépendra de chaque situation. Néanmoins, on considère qu’une négociation immobilière se situe généralement entre 2,6% et 10,4% du prix du bien demandé. Cette moyenne peut varier en fonction de la région où vous souhaitez acheter votre bien. Néanmoins il n’y a pas de science exacte. Pour vous faire une idée concrète de vos différentes possibilités, n’hésitez pas à demander à un professionnel son avis. Ce dernier sera la meilleure personne pour vous conseiller selon l’emplacement du bien et selon les différents arguments que vous vous apprêtez à mettre en avant. Dans tous les cas, vous devez également garder à l’esprit que votre marge de négociation immobilière sera moindre lorsque l’on parle de logement neuf, que ce soit un appartement ou une maison, que lorsqu’il s’agit de construction plus ancienne.

7 – Se préparer correctement à la contre-proposition

Alors qu’en tant qu’acheteur, vous souhaitez pouvoir faire le plus d’économies possible, le vendeur, quant à lui, fera en sorte de ne pas perdre trop d’argent. Une fois que le propriétaire du bien aura votre lettre de négociation immobilière entre les mains et qu’il l’aura étudiée, il pourra vous faire une contre-proposition. Ce point est une bonne chose, même s’il ne va pas totalement dans votre sens. En effet, cela montre que le vendeur est enclin à négocier le prix de son bien immobilier. Cette contre-proposition comprend généralement un montant intermédiaire entre celui qui a été annoncé au tout début et celui que vous avez proposé au moment de la négociation d’achat immobilier.

8 – Mettre en avant des arguments de confiance pour le vendeur

Il se peut que votre proposition ne soit pas très intéressante pour le propriétaire mais que vous ayez d’autres cartes à jouer. Par exemple, les propriétaires peuvent être plus enclins à accepter une vente si jamais vous n’avez pas besoin d’emprunt bancaire pour la financer. Il en est de même si vous avez une bonne situation financière qui assure que vous allez donner suite à la vente. Face aux problèmes qu’a pu rencontrer le secteur de l’immobilier, de nombreux vendeurs ont peur de ne pas trouver preneur pour leur bien. Si vous arrivez à mettre en avant une bonne confiance en vous et en vos capacités, le propriétaire pourra être plus apte à accepter votre proposition car il est quasiment certain que cela débouchera sur une vente.

9 – Apprendre à rester patient

La patience est bien souvent la clef dans la vente de certains biens, en particulier lorsque la négociation immobilière que vous avez commencée n’a pas abouti. Si vous savez que le bien que vous prisez n’est pas forcément très demandé et qu’il y a peu de chances qu’il soit vendu rapidement, vous pouvez utiliser le refus du vendeur pour faire une proposition au prix maximal que vous êtes prêt à débourser. Même s’il ne l’accepte pas, il se peut qu’au fil du temps, il revienne sur sa décision. En plus de cela, de nombreuses agences prennent le parti de baisser les tarifs des biens qui ne se vendent pas au fil des mois. Si vous arrivez à faire preuve de patience, il se pourrait bien que le propriétaire vous rappelle car il a finalement décidé d’accepter votre proposition. Bien évidemment, ce dispositif présente toujours le risque qu’un autre acheteur se positionne sur un prix plus important que le vôtre. Néanmoins, sur des biens qui se vendent difficilement, cela peut être une bonne alternative.

10 – Négociation immobilière : Se faire aider

Il n’est pas toujours simple d’envisager tout seul cette étape de la vente, et ça, les professionnels de l’immobilier l’ont bien compris. Pour vous aider au mieux dans cette étape, certains professionnels du secteur proposent de vous accompagner tout au long de cette négociation d’achat immobilier. Parmi les possibilités qui s’offrent à vous, vous pouvez envisager celle que vous propose le notaire si vous êtes dans la peau du vendeur. Ce dernier connaît sur le bout des doigts le secteur de l’immobilier et pourra donc vous aider à formuler une demande à la fois cohérente et de confiance pour votre acheteur. En ce qui concerne les tarifs de ce prestataire, sachez qu’il n’y a pas de prix préétabli et que le professionnel peut fixer librement ses tarifs pour ce genre de prestation. Bien évidemment, ces derniers doivent être en accord avec le mandat. Dans de nombreux cas, il a été constaté que les tarifs des notaires en matière de négociation immobilière étaient souvent moins élevés que ceux des autres professionnels.

Le notaire n’est pas le seul professionnel qui peut vous aider dans cette étape, bien au contraire. Différents vendeurs se sont tournés du côté des capacités proposées par une agence immobilière. Même si cela peut demander des frais supplémentaires à débourser, l’agence immobilière est généralement au fait de ce que le vendeur est prêt à accepter, et cela pourra être une véritable force pour voir votre demande aboutir. Les frais de négociation d’une agence immobilière sont bien souvent plus élevés que ceux du notaire en lui-même et peuvent être très différents d’une agence à une autre. N’hésitez pas à vous renseigner au préalable sur les tarifs pratiqués pour être certain de choisir la meilleure proposition possible. Dans cette étape, sachez que d’autres questions peuvent se poser comme par exemple : peut-on négocier les frais d’agence ? À cette question, sachez que la réponse est simple : vous pouvez tout à fait négocier les frais d’agence. De nombreuses personnes l’ont d’ores et déjà compris et fait, afin de faire encore plus d’économies sur l’achat de leur bien immobilier.

L’idéal tout de même est de vous former à la négociation pour limiter les frais annexes en faisant tout aussi bien qu’un professionnel.

Dans tous les cas, n’oubliez pas que ce que vous ne négociez pas est de l’argent que vous perdrez. De plus, comme nous l’avons évoqué un peu plus haut, tout le monde négocie et cette étape est normale dans le processus de vente. Certains me diront, c’est bien gentil de savoir négocier mais ne faut-il pas dans un premier temps trouver la perle rare ?
Je vous réponds que c’est une croyance limitante, car je trouve tous les jours énormément de biens. Pour ce faire, j’ai une méthode bien spécifique et si vous souhaitez en savoir plus, je vous invite à cliquer sur le lien suivant.

Je veux trouver des biens rentables.

Si vous êtes arrivé jusqu’à la fin de cet article, c’est que ce sujet vous tient vraiment à cœur et que vous avez certainement envie d’en apprendre un peu plus sur ce dispositif et commencer à gagner de l’argent dès maintenant et avant d’acheter. Si vous vous posez encore quelques questions au sujet de la négociation immobilière, je vous invite à me les poser directement dans les commentaires. Je partagerai avec vous les astuces qui m’ont fait gagner plus de 80 000 € net d’impôt en osant la négociation.

Be the first to comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.